Recommandations

Maintenir son objectif en tête pour pouvoir atteindre ses rêves.

Pour pouvoir espérer percer dans le milieu de l’écriture, il est important de persévérer et ne pas abandonner malgré les échecs ou les obstacles qui se dressent contre vous.
La publication d’un livre est l’aboutissement d’un travail qui souvent a duré plusieurs mois voire même année. Il est donc primordiale de poursuivre le cheminement de votre œuvre jusqu’à sa consécration.

Avant de vous lancer dans l’écriture, il faut que vous ayez en tête le style qui correspond le plus à votre personnalité et qui fera que votre œuvre soit captivante pour le lecteur.
Ensuite, une fois l’ébauche de votre œuvre terminée, il faut que partiez en quête d’un éditeur qui sera vous écouter et qui se placera sur la même longueur d’ondes que vous. Cela permettra l’instauration d’un dialogue basée sur la confiance et le respect mutuel .

Ne faites surtout pas l’erreur d’envoyer votre manuscrit à tout les éditeurs. Choisissez celui ou ceux qui éditent le même genre de livre que vous écrivez. De cette manière, vous mettrez toutes les chances de votre côté.
Une fois votre manuscrit envoyé, laissez le temps à l’éditeur de vous rappeler, inutile de lui téléphoner toutes les semaines pour voire s’il a bien lu votre manuscrit.

Quant à la présentation de ce dernier, veillez à ce qu’il soit bien présenté , soigné et aéré de manière à ce que l’éditeur puisse noter toutes ses annotations dans la marge.
Il faut savoir qu’un éditeur se fait une impression de l’ œuvre dès les premières lignes du délivre.

Il saura si l’ œuvre captera l’attention du lecteur ou bien si il sera ennuyant.
S’il le trouve intéressant mais vous demande quelques petites modifications, ne le prenez pas mal et saisissez votre chance en le corrigeant et en le renvoyant à l’éditeur avec les nouvelles modifications.
Une fois que l’éditeur aura validé votre manuscrit, vous verrez en l’espace de quelques mois votre œuvre publiée et mise en vente dans les plus grandes librairies.

Le métier d’écrivain, n’est certes pas très rémunérateur mais si l’on gère bien son travail, il est tout à fait possible de subvenir à ses besoins avec ses cachets d’écrivains.
N’hésitez surtout pas à demander de l’aide à vos proches ou même à des personnes extérieures, voire étrangères à vous : ils sauront vous donner un regard objectif sur votre œuvre.
Quoiqu’il en soit ne baissez jamais les bras.

2 thoughts on “Recommandations

  1. Bonjour,

    J’adore votre site internet et j’aimerai connaître l’identité de l’auteur de ce site internet.

    En attente de votre réponse,

    Bien à vous,

    Marina

  2. dit :Bonjour Tom,Je pense since8rement que le ab romancier qui ne fait pas de plan bb tombe dans 3 cate9gories, c’est : Un mythe Un ateuur non e9dite9 Un ateuur de se9rie qui n’a plus besoin de cet artifice, car il connaeet ses intrigues et personnages par coeur (San Antonio, James Bond, SAS )c9ventuellement une 4e cate9gorie : le menteur (consciemment ou pas, car beaucoup d’auteurs aiment l’ide9e d’eatre ab libre bb et purement scriptural mais quand on discute un peu avec eux, comme par hasard, ils connaissent leurs persos sur le bout des doigts et leur intrigue comme personne. Ne pas le coucher par e9crit ne signifie pas qu’on ne s’est pas pour autant farouchement pre9pare9 )Ton approche pour les nouvelles est viable, inutile d’investir plus de temps en pre9paration pour ce genre litte9raire (je n’ai pas souvenir d’avoir jamais fait de ab plan bb pour une nouvelle, notamment parce qu’elles s’e9crivent vite, et donc je ne perds pas le fil, tout tient dans ma teate pour la dure9e du projet).Par contre, pour un roman Dieu sait que j’en ai e9crit un paquet avec juste ab un de9but et une fin en be9ton bb Ils se sont tous ave9re9s trop courts d’une part, et inconsistants d’une autre.Maintenant, je ne preache pas non plus qu’il faille investir 100-150h de pre9paration comme je le fais depuis quelques anne9es. Tout simplement parce que le degre9 de pre9paration de9pend pour beaucoup de la manie8re d’e9crire. Les ateuurs qui ont du temps peuvent capitaliser sur leurs e9motions et leur me9moire. Ceux qui comme moi sont taraude9s par un boulot tre8s prenant et des horaires serre9s qui forcent e0 e9crire en dent de scie, se doivent d’avoir des documents de soutien conse9quents pour ne pas se retrouver e0 tourner en rond et ne jamais aboutir.Le strict minimum : L’Intrigue. Si tu n’as pas de canevas avant de te lancer (et je sais que je vais encore me faire des ennemis en disant cela), tu auras un re9cit de9cousu et moins percutant. Si l’auteur lui-meame ne connaeet pas l’objectif principal de ton protagoniste, comment le lecteur pourrait-il s’y attacher ?C’est de9je0 suffisamment difficile comme cela d’eatre cre9atif en sachant of9 l’on va, pas la peine de se compliquer encore la tache Bon courage pour ton manuscrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>